Françoise Leclère

- Journal d'une Grosse qui Réfléchit - Illizible !Le Miso Mis à Nu - D'aimance - Petit Manuel de la Ravisseuse -


Journal d'une grOSse qui réfléchit 

Journal d'une grosse qui réfléchit Ce matin, je me suis réveillée avec une idée lumineuse : j’ai décidé d’être mince. Mais épargnez-moi votre approbation : je n’ai pas dit que j’allais me mettre au régime… Animée d’une préférence très prononcée pour l’état de vivante plutôt que celui de morte, j’apporte le plus grand soin à ma santé. Or, j’ai l’intime conviction que les régimes, globalement inefficaces et majoritairement contre productifs, nuisent gravement à la santé des femmes. Mon expérience et mes observations me donnent en effet à penser que le lien de cause à effet entre le régime et la perte de poids s’apparente à une croyance, et je préfère utiliser mon cerveau autrement qu’en le focalisant de façon obsessionnelle sur un objectif incertain. Pourtant j’ai décidé d’être mince. L’idée me taraudait depuis quelques jours. A cause de l’été, je pense, toutes (ou presque) mes amies y allaient de leurs refrains… Culpabilisation, mauvaise humeur voire agressivité, autoflagellation, angoisse… Il leur fallait absolument perdre du poids… « Je ne me supporte plus ! Non mais tu as vu ça ? Je suis trop grosse ! » Oui, j’ai vu. Tu fais, vous faites à peu près le poids que je faisais à 14 ou 16 ans, (selon votre gabarit). Vous n’êtes pas grosses. Pourtant vous en êtes convaincues. J’en ai tiré la conclusion logique qui s’imposait : la grosseur est une vue de l’esprit. S’il suffit de croire qu’on est grosse pour avoir besoin de maigrir, il semble logique qu’il suffit de croire qu’on est mince pour ne pas en avoir besoin. J’ai donc décidé que j’étais mince. Je suis mince. A partir d’aujourd’hui, vous voudrez bien me considérer comme mince. Et personne ne pourra me convaincre du contraire.


Le Miso Mis à Nu (les maux du dico)

Le Miso Mis à Nu Qui est donc le « Miso », en clair, le misogyne, ainsi mis à nu... ? Un de nos plus célèbres dictionnaires, habillé d’un R blanc majuscule sur fond bleu et rouge. Qu'est-ce qu'un dictionnaire ? C’est un recueil de définitions, censées être objectives, un inventaire prétendu neutre des mots de la langue... Alors comment expliquer, par exemple, qu’il nous dit que la FEMELLE est un animal et le MÂLE un individu... Le Miso Mis à Nu montre qu’un dénigrement quasi systématique et subtil du féminin est opéré dans les dictionnaires. Les mots et la langue feraient-ils alors le terreau du sexisme ? A chacun(e) de se faire une opinion...


Où trouver les livres de Françoise Leclère ?



Et des coups de coeur...

Catherine Gaillard, conteuse

" Catherine Gaillard joue de la parole pour le plaisir de dire mais surtout pour changer le monde. En donnant à voir les rapports humains, elle veut révolutionner le cours de l'Histoire pour l'amener dans le lit de l'égalité. De sa lutte politique, elle fait une lutte esthétique : militante, elle montre dans Les Amazones la face cachée et la force des liens entre femmes. Politique, elle raconte la naissance de la lutte ouvrière à travers le récit de vie d'une de ses figures de proue : Flora Tristan. Féministe avant tout, elle veut redonner aux femmes d'exception, qui ont avant elles porté ce message, la place que le patriarcat leur a refusé et leur refuse encore dans les livres d'histoire. "


Anita Cuénod, créatrice de colliers de perles

" Anita Cuénod collecte, au cours de ses séjours en Afrique et en Asie, des perles de verre, d'argent et d'alliages anciens qu'elle assemble ensuite en colliers.
Ces créations artisanales sont toutes des pièces uniques. Véritables oeuvres d'art, hymnes au rapprochement des peuples, ils symbolisent aussi le passage du temps vers le contemporain. "


Claire Michard, linguiste

Claire Michard a mis en lumière la synonymie entre femme et femelle, en basant sa  démonstration sur l’analyse de textes d’anthropologues masculins. C'est elle qui, la première, a mis en parallèle les définitions dictionnairiques de mâle / femelle et homme / femme, révelant le statut, dans la pensée, d'humain relatif des femmes...


Priscille Touraille, socio-anthropologue

Priscille Touraille est l'auteure de Hommes grands, femmes petites, une évolution coûteuse, un livre issu de sa thèse. " Son domaine de compétence porte à la fois sur les études du genre en sciences sociales et les modes de raisonnement dans les sciences de la vie. Elle mène à l'heure actuelle un travail d'épistémologie critique portant sur l'usage des concepts de sexe et de genre dans les différents champs du savoir. "






© 2007 - 2011 Maronie
Contact